Il y a quelques jours, un amendement garantissant l’accès aux lieux de vote pour les non-vaccinés a été rejeté par l’Assemblée Nationale. Génération Z revient sur cet événement, qui laisse présager de nouvelles atteintes graves à notre démocratie. 

Le 30 décembre 2021, un amendement a été rejeté par les “représentants du peuple”. Il avait pour objet de préserver le droit de vote des non-vaccinés. Les termes étaient les suivants : “Les lieux d’exercice de la démocratie sont exclus formellement de la liste des lieux dans lesquels est exigé un passe sanitaire ou un passe vaccinal.” Tenez-vous le pour dit, les non-vaccinés peuvent légalement perdre leur droit de vote.

Ce risque est bien réel, d’autant plus lorsque l’on voit à quel point le gouvernement a menti depuis les débuts de la crise sanitaire. Entre les masques, les tests, la vaccination, le pass sanitaire puis le pass vaccinal, c’est à se demander si ce gouvernement et en particulier Emmanuel Macron ont une limite dans l’indécence et l’immoralité politique. 

“Emmerder” les opposants : le nouveau crédo de la démocratie selon Macron

Comme toujours, la dictature vient en pantoufle et se drape du terme “sanitaire”, même si l’absurdité de la situation est toujours aussi criante. Un non-vacciné testé négatif ne pourra pas user de ses droits de citoyens, un vacciné non-testé (qui peut attraper le virus et le transmettre) le pourra. Des devoirs sans droits, un apartheid sanctifié par nos institutions, étrange conception de notre gouvernement pour la devise nationale. 

Macron a de lui-même révélé le fond de sa pensée. Sa stratégie est “d’emmerder les non-vaccinés”. Son vocabulaire traduit une véritable immaturité : il “veut vraiment” emmerder les non-vaccinés, un peu comme un enfant désir réaliser un caprice ou un fantasme. 

Cette démarche a-t-elle une quelconque efficacité dans la lutte contre le covid ? Bien sur que non ! Le gouvernement n’a jamais cessé de faire preuve d’incompétence, entre autres parce que cela justifie des mesures coercitives et des privations de libertés diverses. 

La déchéance de nationalité pour les non-vaccinés : un scandale démocratique intolérable

Déchoir de la citoyenneté des Français : y a-t-il seulement besoin de démontrer le scandale démocratique que cette proposition suppose ? D’autant plus que les membres les plus nuisibles à la société (racailles, antifas, délinquants, migrants illégaux) eux ne seront jamais inquiétés.

Pour résumer, si Macron ne va jamais obliger directement à la vaccination (la loi de 1964  a posé le principe de la responsabilité de l’État pour les dommages imputables aux vaccinations obligatoires, donc des problèmes juridiques et financiers pour notre cher gouvernement), il va en revanche rendre irrespirable la vie quotidienne des Français, même des vaccinés. Ceux-ci sont des “non-vaccinés en puissance” si le gouvernement s’entête à enchaîner les doses de rappel. Les vaccinés ont joué le jeu, ils sont et seront emmerdés comme les autres. 

Ne cédons pas au jeu de la macronie en opposant “vax” et « anti-vax ». Le seul ennemi, c’est Macron. Celui qui enferme la population, c’est Macron, celui qui crée un apartheid, c’est Macron. Diviser pour mieux régner a remplacé “Liberté, Egalité, Fraternité”, mais ne cédons pas à de bas instincts, et faisons entendre notre voix par les urnes en évinçant ces ennemis de la France et du peuple en 2022.

Henri Dulongchamps
Rédacteur

Note : Nous vous invitons à relire notre précédent article qui compile quelques faits et chiffres sur la situation sanitaire :  

(https://www.generation-zemmour.fr/2021/11/08/du-pass-au-vote-il-ny-a-quun-pas/)