De récentes informations divulguées par Médiapart indiquent que Valérie Pécresse, désormais à la tête des Républicains, aurait massivement bénéficié du vote des étrangers pour sa candidature lors du premier tour du congrès LR. 

Arrivée deuxième derrière Éric Ciotti au premier tour du congrès, Valérie Pécresse s’est finalement imposée lors du second tour, le 4 décembre dernier. Cependant, de récentes révélations de Médiapart mettent en lumière la participation massive d’électeurs d’origine étrangère. En effet, le mode de scrutin de ce congrès n’a pas exclu le vote des ressortissants étrangers car la seule obligation légale était de posséder la carte de membre du parti, contrairement à la primaire ouverte de 2016 qui exigeait d’être inscrit sur les listes électorales. 

Ainsi, la région Île-de-France a pu observer un afflux record de votants et ses effectifs doubler « jusqu’à représenter 26% du corps électoral national » comme l’indique Médiapart. Valérie Pécresse, qui se déclare opposée au vote des étrangers, a ainsi pu compter sur plusieurs centaines de votes provenant d’étrangers invités par un « rabatteur de la communauté franco-asiatique ». 

Une élection truquée ?

Arrivée seconde au premier tour du congrès à seulement 1209 voix de Michel Barnier, Valérie Pécresse doit possiblement sa victoire aux votes de ces étrangers. Cette manipulation du scrutin à des fins électorales symbolise une fois de plus l’hypocrisie de la ligne politique qu’incarne Valérie Pécresse. Elle qui, il y a encore quelques mois, ne faisait plus partie des Républicains car le mouvement n’incarnait plus ses convictions politiques, s’est vue, une fois de plus, revenir sur ses paroles en recueillant le vote des étrangers pour asseoir sa présence au second tour. Ainsi, comme le disait Eric Zemmour à Villepinte : « Valérie Pécresse promettra tout et ne tiendra rien. »

Julien Dupuy
Rédacteur

Image : Valérie Pécresse au “20 heures” de TF1, jeudi 22 juillet. © Crédit photo : AFP