Ce mardi 12 octobre 2021, Hubert Germain, le dernier des 1038 Compagnons de la Libération, s’est éteint. Génération Z souhaite rendre hommage à ce héros français ainsi qu’à tous les membres de l’Ordre de la Libération.

Le dernier homme

Hubert Germain est né en 1920 à Paris. Son père, le général d’armée Maxime Germain, l’éduque dans l’amour de la patrie. Il a 20 ans quand l’Armistice est signé, rejoint immédiatement la Résistance et part à Londres pour s’engager dans les Forces françaises libres. Il enchaîne ensuite les faits d’armes jusqu’à la fin de la guerre. Son courage et son efficacité sont reconnus dès 1942 lors des célèbres combats de Bir-Hakeim en Libye, où il s’illustre en tant que chef de section antichar.

Après la guerre, Hubert Germain continue de vouloir servir son pays, en s’engageant en politique. Il devient député en 1962, puis ministre de 1972 à 1974.

Hubert Germain reposera dans la crypte du mémorial de la France combattante au mont Valérien. Il s’agissait du souhait du général de Gaulle que le dernier Compagnon de la Libération y soit inhumé.

Les Compagnons de la Libération

Les membres de cet ordre sont tous des personnes « qui se sont signalées dans l’œuvre de la libération de la France et de son Empire » lors de la Seconde Guerre mondiale. Sans ces personnes qui ont risqué leur vie pour que la France reste la France, l’issue, ou du moins la durée des conflits en France aurait été bien différente.

Nous finirons par les mots poignants du Chef d’état-major des armées, mots que chaque Français se doit de partager : « La Nation perd l’un de ses serviteurs les plus illustres, dont l’honneur et le courage nous obligent. »

M. Patatra
Rédacteur