En plus de la diffamation habituelle dont est victime Eric Zemmour depuis de nombreuses années s’ajoutent aujourd’hui les menaces de mort publiques de la part de pseudo-humoristes bien-pensants. Cette gauche, dont le monopole est menacé, témoigne désormais ouvertement de sa pensée totalitaire. 

Le bal des “humoristes” 

Ce jeudi 7 octobre, Eric Zemmour a été pris à parti par un jeune “humoriste” de gauche, Gaëtan Matis, et menacé de mort dans une publication Facebook : « Si j’avais une machine à voyager dans le temps, je bookerais le Bataclan pour la soirée du 13 novembre 2015 afin d’y organiser une soirée de rencontre entre Eric Zemmour et son public. » Ces propos haineux et exprimés sans faux-semblants ont été immédiatement suivis, sous la publication, d’un autre commentaire de l’auteur s’amusant de la situation « j’avais pensé au Stade de France mais l’attentat a échoué ! » et précédé de trois émojis qui rigolent

A ces menaces, Eric Zemmour a répondu sur Twitter et interrogé : « De quel côté est la violence ? » Lui qui si souvent est accusé par la caste médiatique et la gauche de tenir des propos haineux, met en lumière la violence du discours tenu par l’opposition

Cette idéologie virulente de gauche n’en est pas à son coup d’essai. Yassine Belattar, humoriste autoproclamé et ami de Gaëtan Matis, avait également menacé dans l’émission Balance ton post du jeudi 30 septembre, les soutiens d’Eric Zemmour : « Ils paieront un jour ! »

Menace et censure 

Charline Vanhoenacker, Yassine Belattar et Gaëtan Matis sont les symboles de ce qu’est devenue l’idéologie dominante de ce pays. Totalitaire et voyant son monopole s’effriter, la gauche use des quelques ressources qu’il lui reste sans craindre la moindre répercussion. Sa tribune constante sur le service public et dans les médias lui octroie la possibilité d’injurer et de diffamer, avec autant de haine qu’elle le désire, tout opposant politique se voulant vivre dans le réel. 

La récente sortie de l’éditorialiste Gilles Bornstein qui a exprimé qu’Eric Zemmour n’avait « pas le droit de venir » sur France Info témoigne de ce totalitarisme. La gauche “woke” s’est accaparée le système médiatique de la même façon qu’elle s’est immiscée dans nos institutions et dans nos écoles. C’est du haut de ce piédestal qu’elle entend vouloir dicter aux français ce qu’il faut accepter et ceux qu’il faut insulter

La seule présence médiatique d’Eric Zemmour aura permis en l’espace de quelques mois de délier les langues et de mettre des mots sur les maux du peuple français. Pour la première fois depuis des décennies, les Français se sentent écoutés et compris. Ils se détachent des discours préconstruits et rejettent les paroles creuses des politiques carriéristes ; tant est si bien que l’opposition, voyant son hégémonie disparaître, se livrera à toutes les bassesses afin de pouvoir discréditer son opposant. 

Seulement, les Français n’adhèrent plus.

Julien Dupuy
Rédacteur