Ce jeudi 23 septembre avait lieu sur la chaîne BFMTV le débat tant attendu qui opposa Eric Zemmour à Jean-Luc Mélenchon. Au cours de ce long échange, Eric Zemmour a mis son interlocuteur devant ses contradictions et est désormais perçu comme le candidat du rassemblement des droites. 

Suivie par plus de 3,8 millions de téléspectateurs, la soirée de jeudi possédait des airs de débat présidentiel. Jean-Luc Mélenchon, qui longtemps avait refusé de débattre avec son vieil adversaire politique, n’a pas réussi à imposer ses thèmes de prédilection, à savoir l’écologie et le social. 

La gauche devant ses contradictions 

Le candidat de la France insoumise s’est voulu jeudi soir ouvertement anti-nucléaire. Lui qui, sur le plan économique, prône la souveraineté et le savoir-faire français, serait prêt à dynamiter une filière d’excellence française. A cela, Eric Zemmour a répondu : « Vous poursuivez des chimères. Vous sacrifiez une filière industrielle qui a fait ses preuves. Vous la sabordez pour des craintes irraisonnées ». En effet, avec un mix énergétique nucléaire et hydraulique produisant 80% de notre électricité et ne rejetant aucune émission de CO2, la France possède une souveraineté énergétique. La volonté de Jean-Luc Mélenchon de fermer les centrales nucléaires afin de les remplacer par des éoliennes intermittentes, importées de Chine et recourant bien souvent à la réouverture de centrales à charbon ou à gaz, a été grandement critiquée par Eric Zemmour : « Les éoliennes sont une catastrophe, elles détruisent nos paysages. Elles sont fabriquées avec des socles en béton, elles ne produisent pas suffisamment,[…] on doit aller chercher du charbon ailleurs. »

Également sur la question de l’assimilation, Jean-Luc Mélenchon, qui a ardemment défendu la créolisation, mot employé par la gauche pour parler du grand remplacement, a trahi ses anciennes prises de positions. Autrefois ouvertement pour l’inclusion de tous individus au modèle républicain, le candidat de l’extrême gauche prône désormais le musèlement des femmes en militant pour le port du voile islamique, trahissant ainsi la République afin de courir après les indigénistes : « Vous disiez jadis qu’une femme voilée se stigmatise. Mélenchon a trahi Mélenchon. » 

A cela s’ajoute le renoncement volontaire de ne pas voir la réalité. Dans les quartiers où les policiers ne peuvent plus accéder sans être lynchés et où les lois de la république sont sacrifiées sur l’autel de la charia, Jean-Luc Mélenchon exhorte que les femmes insultées car portant une jupe et interdites de rentrer dans les cafés ne serait qu’une fiction

Le candidat de la droite 

Beaucoup connaissent Eric Zemmour et ses prises de positions sur l’immigration et le modèle d’assimilation français mais très peu sur les questions économiques, politiques et sociales. Jeudi soir, l’écrivain a pu nous dévoiler un programme authentiquement de droite

Eric Zemmour estime que les dépenses sociales, plus de 750 milliards d’euros par an, sont un gouffre pour l’état : « Notre modèle social est obèse. Nous sommes sortis d’un modèle de solidarité nationale, pour aller vers un modèle de solidarité universelle. » Ses propositions afin d’alléger cette charge considérable portent sur la préférence nationale, la suppression des prestations sociales pour les étrangers, la lutte contre les fraudes et la réforme de l’aide médicale d’État (AME). De plus, sur la question du retour de la paix sociale, le futur candidat de la droite propose des actions concrètes : « Nous éviterons la guerre civile que si nous prenons des mesures drastiques comme, par exemple, l’expulsion des étrangers qui sont en prison et la déchéance de nationalité de tous les binationaux qui font des crimes et délits. »

Sur la question politique et juridique, Eric Zemmour prône pour un changement radical de nos institutions : « Il faut reprendre le pouvoir aux juges par les référendums et par une réforme constitutionnelle. Je ne veux plus que les juges se servent de la constitution pour imposer leur idéologie. » L’auteur du Suicide français est également pour la sortie de la France du commandement integré de l’OTAN et, avec la récente crise des sous-marins, la révision de nos aliances diplomatiques. 

A l’heure où les candidats s’empressent de vouloir augmenter le SMIC et les salaires à tout va, comme Jean-Luc Mélenchon avec ses 16 % de hausse ou Anne Hidalgo qui veut doubler le salaire des enseignants, Eric Zemmour priorise une réindustrialisation massive. A terme, le retour d’une industrie française et souveraine nous permettra de retrouver un pouvoir d’achat conséquent et de réduire le taux chômage. Avec cela, Eric Zemmour propose une baisse des impôts et charges sociales, ce qui permettra également à nos entreprises de retrouver une compétitivité sur la scène internationale.  

Le mémorable fact-checking de BFMTV 

Pendant la soirée et à deux reprises, BFMTV a interrompu le débat afin de réaliser un “fact-checking”, c’est-à-dire vérifier si les informations données par les deux personnalités n’étaient pas erronées. De ce concept en a résulté un amateurisme grotesque et risible. L’équipe de journalistes chargée de vérifier les faits a donc tenu à reprendre Eric Zemmour sur ses chiffres concernant la fraude sociale et le nombre d’agressions en France par jour.

La fraude sociale estimée entre 40 et 50 milliards d’euros par Eric Zemmour a été estimée à 1 milliard par les équipes de BFMTV. Ce chiffre, absurde et faux, a été immédiatement dénoncé par le magistrat Charles Prats, spécialiste de la fraude fiscale et de la fraude aux prestations sociales. Le magistrat, auteur du livre Cartel des fraudes dans lequel il explique l’ampleur de la fraude sociale qu’il calcul à hauteur de 45 milliards d’euros, a dénnoncé le mensonge sur les réseaux sociaux. Charles Prats a également ajouté que, 5 jours plus tôt, la chaîne elle-même avait abordé ce sujet en dévoilant les différentes commissions d’enquêtes parlementaires démontrant que la fraude sociale pourrait atteindre entre 14 et 45 milliards d’euros. BFMTV n’est donc pas d’accord avec BFMTV. 

En ce qui concerne le nombre d’agressions, le chiffre annoncé par Eric Zemmour de 1000 agressions en France par jour est celui de l’INSEE qui répertorie un taux de 956 agressions par jour en 2018 perpétrées par un individu sans “raison apparente”. Le chiffre donné par BFMTV, 700 agressions par jour, tout aussi dramatique et presque risible, est quant à lui celui de l’année 2020, année durant laquelle un confinement de la population à eut lieu. 

Julien Dupuy
Rédacteur