A l’occasion du match France-Allemagne, les joueurs français ont montré une volonté de mettre le genou à terre « contre le racisme ».

Durant l’émission Face à l’Info de ce 15 juin, Éric Zemmour est revenu sur le dernier scandale de l’équipe de France de football. Après le retour du joueur controversé Karim Benzema au sein des bleus et la polémique du choix du rappeur Youssoupha pour chanter l’hymne des Bleus, l’équipe de France de football se retrouve une nouvelle fois au cœur de la polémique. En effet le capitaine des bleus Hugo Lloris a  annoncé que l’équipe mettrait un genou à terre au début du match l’opposant à l’Allemagne, en signe de « protestation contre les discriminations ». Heureusement, les joueurs sont finalement revenus sur cette décision. 

Le chroniqueur star de Face à l’Info a commencé par imposer un rappel de l’historique de ce « geste ». Après l’entrée du républicain Donald Trump à la maison blanche en 2016, le joueur américain Colin Kaepernick s’était agenouillé devant des milliers de spectateurs en affirmant qu’il refusait de chanter l’hymne d’une nation ouvertement raciste et discriminatoire envers les Noirs, provoquant un véritable tollé international. Éric Zemmour rappelle que l’origine de ce genou à terre a pour objectif la contestation des politiques de discriminations américaines… Ce geste n’ayant ainsi aucun rapport avec la France ou les joueurs français. Les bleus incarnent la France, « et à travers eux, c’est la France qui s’agenouille » clame alors le chroniqueur, « nous n’avons pas à nous agenouiller pour une cause, un pays et un drame qui n’est pas le nôtre, c’est un abus de pouvoir de ces joueurs ».

Outre le scandale, cette volonté de mettre le  genou à terre est révélateur d’une profonde division entre les pays européens. D’un côté se trouve l’Europe de l’est qui refuse de s’agenouiller, incarnée entre autres par la Croatie, la Russie ou la Hongrie¹, et de l’autre se trouve l’Europe de l’ouest qui, elle, s’agenouille. Cette différence s’explique par l’Histoire de ces nations qui ont vécu différemment durant la guerre froide. Tandis qu’à l’est la nation, l’identité, les racines et l’église se sont fait les remparts de l’intrusion totalitaire du régime communiste, à l’ouest c’est la domination de l’individualisme à l’américaine qui s’est imposée, détruisant avec elle les nations et les valeurs. De plus, les frontières à l’est étaient barricadées, ce qui a protégé ces pays de l‘invasion migratoire subie à l’ouest ainsi que du développement de diasporas arabes et africaines toujours plus puissantes. 

 Se pose alors les questions de la généralisation et du sens de ce signe de protestation, est-ce un geste juste et anti-raciste ? Ou n’est ce que la dernière manifestation du Soft Power américain ? Quoi qu’il en soit, ce geste confirme bien que la culture woke s’importe avec succès dans l’Europe de l’ouest.

Tiffany
Rédactrice / International

¹ Le président Viktor Orban a refusé que ses joueurs s’agenouillent et a provoqué la polémique en clamant : « un Hongrois ne s’agenouille que devant Dieu, la patrie et la femme qu’il aime ».