Ce 18 juin, à l’occasion d’un tour à Lille et à Dunkerque, Eric Zemmour a affirmé son soutien à ceux qui manifestent contre le projet d’éoliennes offshore à Malo-les-Bains.

Dans une vidéo du 18 juin publiée sur son compte twitter, Éric Zemmour nous fait part de son agacement concernant le prochain plan de construction éolien le long des côtes de la manche. Préalablement entendu sur ce sujet le 1er juin dernier lors de sa chronique dans l’émission Face à l’info sur CNews, le journaliste et écrivain déplore le projet d’éolienne offshore (en mer) lors de sa visite dans la ville de Malo-les-Bains. Il apporte, par le biais de cette vidéo, son soutien à la manifestation organisée par les habitants de cette ville côtière, prévue le 19 juin prochain.

Dans sa lutte politique et écologique contre cet éolien offshore, Éric Zemmour nous témoigne une fois de plus sa volonté de conserver la beauté du paysage dans la production électrique française. Pour lui l’aspect économique est tout aussi important que la préservation des espaces Français comme nous pouvions l’entendre lors de sa chronique : « Ça ne sert à rien de vouloir sauver la planète si c’est pour ne pas garder la beauté pour nos yeux. »

Cette opposition fait également écho aux cris des pécheurs français de coquilles Saint-Jacques, qui pestent contre la construction d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc. Une structure du groupe espagnole Iberdrola, qui prendra place à proximité de sites maritimes classés. Ce projet qui se situera au cœur d’un riche gisement de coquilles Saint-Jacques annonce déjà la destruction de tout un écosystème ainsi que des pertes d’emplois. Marc Le Fur député des Cotes d’Armor prévient d’une « triple catastrophe : économique, écologique et touristique ». En réponse à ce projet, les pécheurs se disent, à juste titre, prêts à bloquer le chantier.

C’est sur la cote de Malo-les-Bains en face de vieux quartiers historiques qu’Éric Zemmour nous prévient : « ce que la guerre n’a pas détruit, le projet fou d’éoliennes va le saccager ». Le maire de Dunkerque, divers gauche, Patrice Vergriete décrit ce saccage en mer comme une « belle opportunité ». Le rêve « écologique » ? Des pilonnes de béton et d’acier hors de prix qui recouvrent notre beau pays.

Julien Dupuy
Rédacteur