Ce mercredi 16 juin, le Point a sorti un sondage réalisé par l’IFOP, mesurant les intentions de vote en faveur d’Éric Zemmour, en cas de candidature.

Ce 16 juin, le journal Le Point a fait polémique après la sortie d’un sondage réalisé par l’IFOP, mesurant les intentions de vote en faveur de différents candidats à la présidentielle de 2022 et Eric Zemmour figurait parmi cette liste. Crédité à 5.5% des intentions de vote, l’analyste qui opère tous les soirs dans Face à l’Info a fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Un résultat jugé décevant par certains ou qui confortera d’autres dans leur choix. Malgré tout, le sondage reste à prendre avec des pincettes et ne donne pas d’indicateur négatif sur le résultat d’Éric Zemmour.

En effet, nous sommes à 11 mois de l’élection présidentielle et si l’expérience a bien quelque chose à nous apprendre, c’est que les estimations et intentions de vote sur un temps aussi long n’ont aucune signification (Cf Alain Juppé en 2016). La campagne pour la présidentielle n’a en effet pas encore débuté et les Français ont la tête « ailleurs », surtout en ces temps de pandémie de coronavirus ou d’élections régionales. Mais, cet argumentaire mis de côté, nous pouvons tirer plusieurs conclusions plutôt positives de ce sondage.

Tout d’abord, Éric Zemmour, hors campagne et sans annonce de candidature, est déjà crédité de 5.5% des intentions de vote ! Pour rappel : avant les primaires des Républicains aux USA, en 2015, Donald Trump faisait 1% dans les sondages. Ici, il dépasse déjà le seuil de remboursement (5%), pour lequel Nicolas Dupont-Aignan a bataillé plusieurs années.

Autre constat très important que l’on peut tirer de ce sondage, Éric Zemmour est le candidat de la droite au sens large. Effectivement, l’écrivain n’est pas considéré comme une dissidence du Rassemblement National mais bien un appel de la droite au sens global : 13% des Républicains, 6% du Rassemblement National et surtout 10% sans sympathie partisane, seraient prêts à donner leur vote à l’écrivain.

En prenant en considération tous les paramètres évoqués, ce sondage qui reste à prendre avec des pincettes nous permet d’avoir un indicateur particulièrement positif : Éric Zemmour, grâce à ses prises de position sur l’immigration, l’islam et la sécurité, devient le point de liaison entre LR, le RN et les abstentionnistes. Le candidat de l’union de la droite, c’est bien lui !

Jean H
Rédacteur en chef