« On supprimerait le regroupement familial, le mariage avec un étranger ne permettrait plus sa venue en France ou sa naturalisation automatique au bout de deux ans, on déciderait que les étudiants doivent payer plus cher et que nous pouvons les choisir, que le droit d’asile serait suspendu ou ne pourrait être demandé en France mais dans les consulats à l’étranger, que le droit du sol serait supprimé, que les allocations familiales ne seraient plus versées aux étrangers. (…) On expulserait les délinquants étrangers, on supprimerait la double nationalité pour les non-Européens et on étendrait les cas de déchéance de nationalité… Bref, revenir à ce qui se faisait en France jusqu’aux années 1970. »

Valeurs Actuelles, 9 août 2020

Préférence nationale pour les aides sociales

43% des bénéficiaires d’allocations familiales sont « nés à l’étranger » (Cartel des Fraudes : Les révélations d’un magistrat, Charles Prats, Edition Ring).

Éric Zemmour pointe du doigt une mauvaise redistribution des aides sociales. Il défend la préférence nationale, cette volonté politique de réserver les prestations sociales aux détenteurs de la nationalité française.

« Notre système social reposait sur un trépied : le protectionnisme, une politique de natalité et la préférence nationale. C’est ce système qui nous a permis d’organiser une redistribution formidable. »
E.Z, Face à l’info, 9 décembre 2019

« La différence n’est pas entre les riches et les pauvres, mais entre les Français et les étrangers. Il faut redonner une préférence aux Français. »
E.Z, Face à l’info, 29 mai 2020

Aide médicale de l’État (AME)

L’AME est un dispositif permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins gratuit.

En 2009, l’AME avait 215 000 bénéficiaires pour un coût de 500M€, alors qu’il monte en 2019 à 934M€ pour 310 000 bénéficiaires (France Info, 25 septembre 2019). Le coût total de l’AME s’est accru de 1,4% par an en moyenne depuis 2013 mais il est probablement sous-évalué (Rapport IGAS, octobre 2019). Dans le projet de loi de Finances 2021, le Sénat prévoit une augmentation du budget alloué à l’Aide médicale d’État (AME) de 920 millions d’euros à 1 milliard d’euros (Infomigrants, 08 décembre 2020).

Eric Zemmour plaide pour la suppression de cette aide qui est une pompe aspirante de l’immigration illégale.

« Si on veut soigner le monde entier, on va tuer notre Etat-providence. C’est une mesure profondément antisociale qui devrait révolter la gauche. »
E.Z, Face à l’info, 8 décembre 2020

Regroupement familial

Le regroupement familial a permis la venue de 90 502 étrangers rien qu’en 2019 (AGDREF/DSED).

Le regroupement familial, voté sous le gouvernement Giscard-d’Estaing, est une pompe aspirante de l’immigration puisque ce dispositif permet aux immigrés de décider eux-mêmes de la politique migratoire sur le territoire national. Eric Zemmour est favorable à sa suppression.

« Le regroupement familial avec une immigration venue du Maghreb et d’Afrique devient alors une immigration de peuplement et non plus une immigration de travail. Les jeunes gens arrivent avec leurs propres mœurs et constituent des bandes. »
E.Z, Face à l’info, 2 février 2021

Droit du sol

Le droit du sol est la règle de droit qui permet à une personne physique d’obtenir la nationalité française par sa simple naissance sur le territoire national. Une mesure qui est d’ailleurs en grande partie responsable de la submersion migratoire à Mayotte.

Eric Zemmour s’oppose au droit du sol.

« Il faut supprimer le droit du sol (…) il faut un vrai combat politique, idéologique et ça … Emmanuel Macron ne le fera jamais ! »
E.Z, Face à l’info, 22 janvier 2020

Droit d’asile

Selon le préfet François Lucas, « le doublement des demandes ces cinq dernières années révèle un détournement de la procédure, pas seulement une faillite du système Dublin. Il s’agit en effet de migrations économiques » (Fondation ResPublica, actes du colloque « Immigration et intégration : table-ronde autour de Pierre Brochand », 2019). Le nombre de demandes reste en forte progression : +7,3% entre 2018 et 2019. La France est devenu le pays d’Europe le plus « attractif » dans cette matière en 2019, avec 154 620 demandes enregistrées (Ministère de l’Intérieur, « L’essentiel de l’immigration », 21 janvier 2020)  contre environ 120 000 en Allemagne.

Eric Zemmour serait favorable, soit à une suspension « temporaire » du droit d’asile, qui, dans le contexte actuel n’a pas sa place puisque l’assimilation est rendue impossible par la submersion migratoire, soit à la mise en place des demandes d’asile directement dans les ambassades françaises des pays concernés.

« Le droit d’asile, c’est celui dont a bénéficié Victor Hugo à Guernesey. Aujourd’hui, ce droit est mort. Des centaines de milliers de personnes, ce n’est pas le droit d’asile, c’est une invasion migratoire. »
E.Z, Face à l’info, 7 novembre 2019

« Je serais favorable à la suspension du droit d’asile. Ce qui compte ce n’est pas la liberté de quelques personnes dans le monde, c’est la sauvegarde du peuple français. »
E.Z, Face à l’info, 25 mars 2021

Etudiants étrangers

En 2019, 90 336 étudiants étrangers ont pu obtenir un titre de séjour (AGDREF/DSED).

Eric Zemmour défend une régulation de l’arrivée des étudiants étrangers en France et, toujours dans l’objectif d’instaurer la préférence nationale, il serait en faveur d’une augmentation des frais de scolarité pour ces derniers.

« De nombreux étudiants étrangers viennent en cours simplement pour garder leur titre de séjour. »
E.Z, Face à l’info, 8 février 2021

Binationalité

3,3 millions de binationaux étaient recensés en France en 2015, soit 5% de la population Française (INED).

La binationalité, au delà de l’aspect administratif, a quelque chose de symbolique puisque cela permet à un individu de prêter allégeance à deux nations différentes et dont les intérêts peuvent être divergents. Eric Zemmour soutiendrait, dans un premier temps, le renvoi de tous les délinquants binationaux allant jusqu’à la suppression de la double nationalité hors pays européens.

« Il faut supprimer la binationalité. »
E.Z, Face à l’info, 20 janvier 2020

Environ 900 000 étrangers séjourneraient illégalement sur le territoire français, selon Patrick Stefanini, ancien secrétaire général du Ministère de l’Immigration (Immigration, Ces réalités qu’on nous cache, Robert Laffont, 2020).

Frontières et Espace Schengen

Les accords de Schengen ont été ratifiés en 1985. Ils comprennent la disparition des frontières intérieures, la libre circulation des personnes, le renforcement et l’harmonisation des contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen. 26 pays en sont membres, dont 22 appartiennent également à l’Union européenne.

Eric Zemmour croit en l’Europe des nations, pas au fédéralisme européen, de facto, les frontières communes n’ont pas leur place là où les frontières nationales sont rétablies.

« Je suis pour les frontières nationales, je pense que Schengen est une folie puisqu’on a mis la frontière de la France au Pirée. »
E.Z, Face à l’info, 5 février 2021

« Schengen explose. Maastricht explose. C’est tout le système européen qui est en train de se désagréger ! »
E.Z, Face à l’info, 3 novembre 2020

« Pour lutter contre le terrorisme, il ne faut pas de réponse européenne car c’est l’Europe qui nous a mené à cette catastrophe. Pas toute seule, mais elle a tout aggravé avec Schengen et l’ouverture des frontières. »
E.Z, Face à l’info, 3 novembre 2020

Etrangers en situation irrégulière

L’immigration clandestine se fonde largement sur le détournement de procédures légales – notamment l’asile : 62% des demandes ont abouti à une décision négative en 2017 (Ministère de l’Intérieur, « L’essentiel de l’immigration », 21 janvier 2020) mais uniquement 17,5% des mesures d’éloignement ont été exécutées (Sénat, 2018), générant un stock de « déboutés » qui restent sur le territoire.

Pour Eric Zemmour, le renvoi des étrangers en situation irrégulière semble être une évidence. Des mesures de reconduction à la frontière devraient être prises contre les étrangers occupant le territoire national clandestinement.

« Le mineur clandestin c’est la Rolls Royce des passeurs. Ils ne sont jamais expulsés. Du coup, leur passage est facturé beaucoup plus cher. »
E.Z, Face à l’info, 30 septembre 2020

« L’Union Européenne a obligé les Etats membres à dépénaliser l’immigration clandestine : aujourd’hui un clandestin ne peut pas être arrêté parce qu’il est clandestin. Ce n’est plus un délit. Et nous l’avons accepté. »
E.Z, Face à l’info, 4 Novembre 2020

Assimilation

Le modèle assimilationniste n’est plus à l’ordre du jour, notamment dans l’Union Européenne. En effet, plutôt que de demander aux populations immigrées de s’agréger aux nations, la commission européenne prône « l’apprentissage mutuel, les dialogues entre les parties prenantes et l’échange de bonnes pratiques » (Source : EC.Europa).

« Le raciste hiérarchise les individus en fonction de leur race ; le Français pense que tout étranger, quelles que soient son origine, sa race, sa religion, peut accéder au nirvana de la civilisation française. »
E.Z, Mélancolie française, Fayard, 3 mars 2010

« Pour devenir français, il faut penser que Napoléon est son ancêtre et que Jeanne d’Arc est son arrière-grand-mère. »
E.Z, Face à l’info, 23 octobre 2019

Eric Zemmour s’oppose au multiculturalisme et rejoint cette grande lignée des assimilationnistes. Contrairement à ce que l’on peut répéter du matin au soir, l’auteur du Destin Français ne croit pas à une France racialement pure, mais, dans la plus parfaite tradition républicaine, considère que devenir Français c’est rejoindre une histoire commune, s’imprégner de la culture française et mettre de côté ses origines.

Prénom du calendrier

« Un prénom français, c’est un prénom chrétien, cela vient d’une loi établie par Bonaparte. »
E.Z, LCI, 12 septembre 2020

La loi du 11 Germinal An XI (1er Avril 1803) rendait obligatoire de choisir pour ses enfants des prénoms en piochant parmi « les noms en usage dans les différents calendriers et ceux des personnages connus de l’histoire ancienne ». Depuis son abolition en 1993, on peut choisir n’importe quel prénom à condition qu’il ne soit pas handicapant pour le nouveau-né.

Eric Zemmour serait pour le rétablissement de cette loi bonapartiste. En effet, choisir un prénom français va dans le sens du processus d’assimilation. Cela démontre une profonde envie de s’approprier la culture de son pays d’accueil.

« Vous dites que le prénom Mohamed est discriminant, mais les parents auraient du les appeler François. (…) La France est un pays avec une histoire et une culture. Les gens qui viennent de l’étranger doivent s’assimiler à cette culture (…) et ce n’est pas en s’appelant Mohamed ou en mettant un voile sur la tête à leur femme qu’ils vont y parvenir. Ce n’est pas aux Français de s’adapter à cette nouvelle culture étrangère, mais aux étrangers à s’approprier la culture française pour être acceptés par les autres. »
E.Z, Face à l’info, 10 février 2020